• Prendre Rendez vous

Dossier spécial sur Théraé centre de diététique

Article du 13 avril 2016 sur La Nouvelle république
http://www.lanouvellerepublique.fr/Loir-et-Cher/Actualite/Sante/n/Contenus/Articles/2016/04/13/Inflechir-la-courbe-de-poids-tout-en-gardant-du-plaisir-2683710


VIDEO (41) Ados en surpoids : une prise en... par lanouvellerepublique

Quatorze jeunes en surpoids suivent, depuis septembre, une cure à Théraé, centre médical, en Loir-et-Cher. Leur programme est dense.

En ce mercredi midi, la plupart des quatorze adolescents ont fini leur matinée de cours. Ils se retrouvent pour déjeuner au centre médical. Toute la cuisine est réalisée sur place. Dès que leur emploi du temps le leur permet, les jeunes viennent prendre leur repas à Théraé. A l'entrée du self, chacun prend la fiche repas qui lui est attribuée. Le menu indique les plats à prendre mais aussi la quantité. Aux adolescents de constituer leur plateau en respectant le bon dosage.

En bout de chaîne, la diététicienne est là pour vérifier. Une fois par semaine, les jeunes ont le droit à un verre de soda. Dans cette cure, le bien-être est primordial. « Le plaisir est indissociable de la diététique, reconnaît Bénédicte Gohier, coordinatrice diététicienne. Quand des adolescents arrivent ici, ils n'ont pratiquement pas de notions de diététique. Certains ont découvert des aliments. On ne leur demande pas de faire tout parfaitement, mais on sait qu'en leur donnant des bases, ce ne sera pas perdu. »

Le repas fini, un petit groupe poursuit l'après-midi à l'école du dos. Isabelle Marcin, kinésithérapeute, a préparé quelques exercices à l'aide de ballons ou sur des tapis. Le but est d'apprendre à ces jeunes à contracter leurs angle abdominale et à travailler leur équilibre. Les séances évolutives se font dans une bonne ambiance, malgré des grimaces affichées sur les visages. Pendant ce temps, d'autres sont chez la psychologue pour une consultation individuelle. Un peu plus loin, place à la boxe éducative, encadrée par Julie, responsable des activités physiques adaptées. Un crochet par-ci, un uppercut par-là, les jeunes mouillent le maillot. La dépense est à la fois physique et psychologique.

Réalisation d'un gâteau d'anniversaire

Trois quarts d'heure plus tard, des pensionnaires sont attendus à l'atelier culinaire. L'objectif du jour est de réaliser une tarte au chocolat et aux framboises, un gâteau qui sera mangé le lendemain pour fêter l'anniversaire de Vanessa, 14 ans. Après s'être lavés les mains, ils enfilent un tablier et une charlotte. La cuisinière qui les accompagne sort les ingrédients et les dispose sur le plan de travail.

Les apprentis cuistots n'ont plus qu'à faire fondre le chocolat et à mélanger les différents éléments. Tous se lèchent les babines à l'idée d'y goûter. La tarte peut passer au four. Les adolescents font la vaisselle. Ils repartiront avec la recette, une de plus, qui viendra compléter celles déjà emmagasinées et qu'ils pourront refaire chez eux. En hospitalisation complète à Théraé, ils rentrent à leur domicile un week-end sur deux et la moitié des petites vacances.

Au planning des jeunes, les pauses sont rares. « On ne les lâche pas », souligne l'éducateur, qui passe dans toutes les chambres (individuelles ou doubles) pour indiquer l'heure du goûter, pris en commun au self. Les malades ont le droit de rester au calme dans leur lit.
C'est déjà bientôt le moment de s'attaquer aux devoirs.

Témoignage : "Cette cure est bénéfique"

 Matthis, 16 ans, de Beaugency, a intégré l'unité des adolescents de Théraé en septembre dernier. « Au début, c'était dur d'être loin de la famille, de s'adapter au rythme et à la vie de groupe. Aujourd'hui, ça va mieux », confie-t-il. L'an passé, il était déscolarisé, ne supportant plus les moqueries liées à son poids. Depuis la rentrée, il retourne à l'école, il est en classe de première et se projette dans la vie. « Je sais que cette cure est bénéfique, mais j'estime que le résultat (NDLR : il a perdu 5 kg depuis septembre), n'est pas suffisant. Sur le plan psychologique, j'ai gagné de l'estime en moi. »

Carla, 16 ans, du Loiret, est aussi convaincue des bienfaits de son passage : « Depuis que je suis ici, j'ai appris énormément de choses, tant sur le plan sportif que nutritif. Je me dis que c'est juste pour un an et ça me fait du bien d'être ici. Un an dans une vie, c'est rien du tout. Chez nous, ce sera plus dur d'appliquer tout ce que l'on fait ici, car il n'y aura plus personne pour nous dire de faire telle ou telle chose, mais il faut essayer le plus possible de continuer. »

 Le chiffre : 16

C'est le nombre de lits d'hospitalisation que compte l'unité des adolescents en surcharge pondérale ou en situation d'obésité, au sein de Théraé, centre médical à La Chaussée-Saint-Victor. C'est le seul établissement de la région Centre-Val de Loire autorisé à accueillir, sur avis médical, des jeunes de 13 à 17 ans souffrant de surpoids. Les adolescents, recrutés prioritairement sur le territoire régional, suivent une cure de trois mois renouvelable deux fois (prise en charge par la sécurité sociale), ce qui couvre une scolarité complète.

La phrase : « Si vous voulez que les jeunes adhèrent à la cure, il faut participer avec eux aux activités. »

François est l'un des quatre éducateurs de l'unité des adolescents. Ces professionnels sont là de 6 h 45 à 14 h puis de 15 h 30 à 22 h 30. La nuit, c'est une aide-soignante qui veille. Le rôle des éducateurs est d'être à l'écoute des pensionnaires, de les accompagner dans leur projet éducatif, d'éviter qu'ils ne s'ennuient…

 « Pendant la cure, je vois huit adolescents chaque semaine individuellement et après je suis disponible à la demande, annonce Frédérique Catineau-Beaumet, psychologue. On travaille sur les raisons de la prise de poids, sur comment cela a été vécu par l'adolescent et sur des pistes pour aller mieux. Y a-t-il des choses à régler en dehors des problèmes de poids ? J'interviens en soutien psychologique. On voit également les parents de temps en temps. En fin de cure, les jeunes ont acquis une certaine maturité. Ils sont transformés au niveau de leur confiance en soi et de l'image qu'ils peuvent avoir d'eux. »

Claire Neilz

Actualités

"Les spécialistes de la Polyclinique de Blois se déplacent pour être au plus près des patients." Depuis le mois de septembre,...
Vous le savez, l'hygiène des mains est primordiale dans les établissement de santé pour lutter notamment contre les maladies...
La marche du souffle est une opération de développement durable que nous lançons au bénéfice du Muco Club 41. Le Muco...
De quoi s’agit-il ? Nous avons voulu rassembler en un seul lieu des activités qui sont généralement séparées entre Blocs...

Polyclinique de Blois

1 rue Robert Debré
41260 La Chaussée st Victor
tel : 02 54 90 91 92
fax : 02 54 90 91 91

Flux RSS de l'actualité
de la Polyclinique de Blois

Accréditation de la Polyclinique

Le rapport d'Accréditation est disponible sur le site internet de la Haute Autorité de Santé. Cliquer ici pour le consulter