• Prendre Rendez vous

Pour les nostalgiques...

Historique de St Côme & St Damien

 La clinique Saint Côme Saint Damien a été fondée par les religieuses franciscaines, en 1925, dans un hôtel particulier, avenue de Verdun. Le chirurgien unique de cet établissement d’une dizaine de lits était le Docteur Croizet.En 1935, elles construisent au 40 rue Monin un établissement de soins attenant à une petite maison de retraite (actuellement le self) et un service de chirurgie comprenant deux salles, dirigé par le Docteur Brun (actuellement les salles de travail).
Les religieuses agrandissent l’établissement en 1962 en y adjoignant une aile complète (actuellement les consultations du rez-de-chaussée et la maternité du 1er étage).
En 1972, elles cèdent la direction de l’établissement à une société à responsabilité limitée qui en assurera la gérance jusqu’en 1998. Par ailleurs, différents agrandissements sont effectués : d’un côté, une bombe au cobalt… de l’autre, un service d’hémodialyse, … et entre les deux, un bloc opératoire moderne.
En 1984-1985, une nouvelle aile est construite et permet ainsi l’extension de la Dialyse et du Service d’Investigations Médicales (SIM).
En 1986 s’ouvre un service spécialisé en Chimiothérapie Ambulatoire.
Ce n’est qu’en 1988 que la clinique Saint Côme Saint Damien acquiert un pavilon indépendant (La Cerisaie, qui se trouve en face de la clinique, au 38 rue Monin) destiné exclusivement à la spécificité de la Chimiothérapie Ambulatoire.
En cette même année, le service de Maternité se modernise : un bloc obstétrical est construit, créant ainsi un pôle obstétrique isolé de l’hospitalisation.
En 1990, la Cerisaie se voit adjoindre un 2ème étage.
Le 1er janvier 1998, la clinique de Saint Côme Saint Damien fusionne avec Les Lices pour créer la première entité de la Polyclinique de Blois.
A cette date, la clinique comprend 141 lits de médecine, chirurgie, obstétrique, 14 postes d’hémodialyse (dont 2 d’autodialyse), 14 postes de chimiothérapie ambulatoire et 8 places de chirurgie ambulatoire. Elle emploie 288 personnes réparties dans les différents services.


 

Historique de Florimond Robertet

Pourquoi "Clinique Florimond Robertet" ?
Tout simplement parce qu'elle se trouve rue Florimond Robertet !
Etudions l'histoire ...
Florimond Robertet, seigneur de Fresne, trésorier de France sous Charles VIII, secrétaire d'Etat sous Louis XII, administrateur du royaume sous François Ier, était autant diplomate qu'administrateur d'Art éclairé. Constamment en relation avec les Italiens avec lesquels il négocia à plusieurs reprises au nom du Roy, il se fit le champion de l'Art nouveau.
Son château de Bury, près de Blois, fut l'un des premiers édifices de style de Renaissance construits en France. En 1508, il fit l'acquisition, pour décorer sa demeure, d'un "David" dû au talent du grand sculpteur Michel-Ange. Superbe bronze qui depuis s'est perdu... Peut-être est-il encore enfoui quelque part en sol blaisois ?...
Il est également probable, bien que la chose ne soit pas prouvée, que Robertet ne fut pas étranger à la venue de Léonard de Vinci à la cour de France. D'aucuns prétendent même qu'à son instigation Léonard aurait fait un premier séjour dans notre région vers 1508.
... de la clinique :
En 1922 le Docteur Jean Victor Penot, chirurgien réputé, fonde un établissement chirurgical en rachetant le bâtiment ci-contre, et la maison attenante peu de temps après. Il fait appel à une communauté religieuse du Mans : les Soeurs de l'Enfant Jésus. Elles seront ainsi jusqu'à une douzaine à s'occuper des malades et de l'administration. Le Docteur Penot opère alors dans une pièce qu'il a aménagée en salle d'opération : table d'opération et éclairage suspendu. 

 
Des documents comptables de l'époque font état d'achat d'avoine pour les chevaux, permettant ainsi au chirurgien de se déplacer et d'opérer à la ferme directement sur la table à manger ! Que de chemin parcouru depuis...
A cette époque, la clinique ne compte pas plus d'une dizaine de lits, c'est pourquoi le Docteur Penot décide d'agrandir son établissement et fait construire un bâtiment attenant à la première maison en 1934.
En 1949  le Docteur Pierre Burgot s'associe au Dr. Penot : la clinique s'appelle désormais Clinique des Docteurs Penot et Burgot et devient une Société Anonyme.
Le Docteur Burgot propose alors de changer de salle opératoire (comme on le comprend!) et d'en profiter pour s'agrandir encore. Le troisième bâtiment est achevé en 1951 et contient le nouveau bloc opératoire.
La capacité de la clinique est alors d'environ 50 lits. Elle comporte trois bâtiments.  

Les besoins d'extension se faisant toujours plus grand, une quatrième construction vient agrandir le tout en 1958. Grâce à cette partie, le nombre de lits chirurgicaux est maintenant de 60. Voici à quoi ressemble la clinique dans les années 60 (la première maison achetée en 1922 est situé entre le bâtiment de 1958 et celui de 1934, derrière l'arbre sur la photo de droite) :

 

Le bâtiment construit en 1958.  Les bâtiments construits en 1934 (gauche) et 1951 (droite).
En 1960, le Docteur Jacques Penot succède à son père, et c'est à la mort prématurée de Pierre Burgot en 1970 qu'il s'associera avec le Docteur Guy Parat. Tous deux décideront en 1972 d'édifier un nouveau bâtiment en remplaçement de celui d'origine et de ceux construits en 1934 et 1951. Pour ne pas trop perturber l'activité de la clinique pendant la durée des travaux, le bâtiment contenant bloc opératoire est conservé. Un tunnel provisoire permet aux chirurgiens, infirmières et malades de passer de celui-ci aux chambres en traversant le chantier en toute quiétude.
A l'occasion de ces travaux, la clinique change de nom pour devenir :    La Clinique Florimond Robertet.
Le nouveau bâtiment est achevé en 1975, le nouveau bloc opératoire de 5 salles se trouve au dernier étage. On peut apercevoir le bâtiment de 1958 à gauche sur la photographie. La clinique compte ainsi 66 lits chirurgicaux et 105 au total.
 
 
Le nouveau bloc opératoire comptait à cette époque 4 salles aseptiques et une salle septique, une salle de réveil de quatre postes, une salle de lavage et une de stérilisation.
C'est aussi en 1975 que le Docteur Philippe Laffitte fait son entrée à la clinique.
 
En 1981 l'installation des Docteurs Brigitte Vansteene et Françoise Jourdanne dans le cabinet de radiologie attenant à la clinique permet de disposer d'un service d'imagerie médicale moderne associant la radiologie conventionnelle à l'échographie, puis au scanner en 1986 avec l'arrivée du Dr Claude Belloir.
L'équipe chirurgicale va alors se rénover avec l'arrivée du Dr Denis Burgot en 1988, puis des Docteurs François Bosgiraud et Eric Cabrol qui remplaceront les Docteurs Penot et Parat partis en retraite, respectivement en 1991 et 1992, et le Dr Arnaud Desgrippes les rejoindra en 1997.
Entre temps, en 1994 la clinique rachètera l'ancienne serrurerie attenante pour agrandir le cabinet de radiologie qui en profitera pour moderniser son équipement avec l'installation d'une salle numérisée.


 

Historique des Lices

La Clinique des Lices a été construite en 1935 par le Docteur Maurice Luzuy, avec une capacité de 30 lits. A l’origine, la clinique assurait aussi bien la chirurgie que la médecine ou l’obstétrique.
Le Docteur Roland Luzuy, fils de Maurice Luzuy, rejoint son père en tant que chirurgien et co-gérant en 1972.
En 1974, le Docteur Bernard Declerck, chirurgien orthopédiste, s’installe à la clinique. C’est à cette époque que la clinique obtient une autorisation pour agrandir les locaux existants. La nouvelle clinique est construite en 1974-1975, avec un nouveau bloc opératoire contenant 2 salles d’opérations, et avec 30 lits supplémentaires, portant la capacité totale d’accueil à 60 lits.
Après le décès du docteur Maurice Luzuy, en 1980, les docteurs Roland Luzuy et Bernard Declerck deviennent co-gérants de l’établissement. Le Docteur Alexis Bertrand, chirurgien en orthopédie et traumatologie, s’installe alors à la clinique. Une nouvelle acquisition s’effectue : celle de la maison située en face de la nouvelle clinique. Ce bâtiment sera entièrement restauré et réaménagé pour accueillir en 1992 l’ensemble des services administratifs de l’établissement.
En 1988, le Docteur Roland Luzuy décide de cesser son activité à la clinique des Lices. Il est alors remplacé par le Docteur Xavier Almueis. Après ce départ, le docteur Declerck devient gérant unique de l’établissement.
L’équipe médicale de la clinique des Lices se compose désormais de trois chirurgiens en orthopédie et traumatologie et se spécialise dans cette activité.
En décembre 1989, la clinique obtient la plus importante distinction des organismes de tutelle, avec un classement en catégorie A.

En 1993, la clinique se voit accorder l’autorisation pour la mise en place d’une structure de chirurgie et d’anesthésie ambulatoires, avec 2 lits supplémentaires.
En 1997, la clinique Orthopédique et Traumatologique des Lices dispose de 60 lits de chirurgie et 2 lits de chirurgie et anesthésie ambulatoires, et est confirmée dans son classement en Catégorie A.
Le 1er janvier 1998, la clinique des Lices fusionne avec celle de Saint Côme Saint Damien pour créer la première entité de la Polyclinique de Blois.

Actualités

Mission mains propres

01.06.2017

Vous le savez, l'hygiène des mains est primordiale dans les établissement de santé pour lutter notamment contre
La  marche du souffle

18.05.2017

La marche du souffle est une opération de développement durable que nous lançons au bénéfice du Muco Club 41. Le
OUVERTURE D’UN PLATEAU TECHNIQUE DÉDIÉ A L’OPHTALMOLOGIE A LA POLYCLINIQUE DE BLOIS

09.11.2016

De quoi s’agit-il ? Nous avons voulu rassembler en un seul lieu des activités qui sont généralement sépa
Un nouveau robot chirurgical à la Polyclinique de Blois

27.09.2016

  La Polyclinique de Blois vient de se doter du robot chirurgical Da Vinci SI. Ce robot renforcera la sécurité et

Polyclinique de Blois

1 rue Robert Debré
41260 La Chaussée st Victor
tel : 02 54 90 91 92
fax : 02 54 90 91 91

Flux RSS de l'actualité
de la Polyclinique de Blois

Accréditation de la Polyclinique

Le rapport d'Accréditation est disponible sur le site internet de la Haute Autorité de Santé. Cliquer ici pour le consulter